En dehors des cancers du système nerveux central, des troubles cognitifs sont rapportés par des patients traités par chimiothérapie, hormonothérapie et thérapies ciblées. Donc, 21 à 90% des patientes traitées pour un cancer du sein expriment une plainte cognitive. Les difficultés cognitives rencontrées par les patients ont un impact négatif sur leur qualité de vie par conséquent, sur la mémoire, la concentration. Par conséquent ces troubles ont un impact lors du retour au travail. Il en est de même avec des répercussions sur l’autonomie des patients âgés et sur l’observance des traitements oraux. M.Lange, I.Léger-Hardy. Plaintes cognitives induites par les traitements en cancérologie. La Lettre du Cancérologue, vol. XXVI – n°4 – avril 2017

Les troubles de la mémoire en oncologie : le chemobrain est utilisé pour définir les troubles cognitifs causés par la chimiothérapie. Il rassemble en premier lieu, les troubles suivants :

  • la perte de mémoire des mots
  • les difficultés à trouver ses mots
  • les problèmes d’attention
  • les difficultés de concentration
  • les difficultés à faire plusieurs choses à la fois

En conclusion, ces troubles peuvent durer de 9 à 12 mois après la chimiothérapie. Ils disparaissent progressivement mais persistent chez 10 à 20% des personnes plusieurs années après la chimiothérapie.

Sources : Catherine Touret-Turgis et Maryline Rébillon Cancer et Travail- Comment Dire 2019

Quelques définitions

L’attention, c’est la capacité à fixer ses perceptions et à repérer les éléments essentiels. La concentration, c’est une attitude qui consiste à ne pas se disperser, elle désigne la capacité à centrer et mobiliser ses facultés mentales et physiques sur un sujet et une action. La mémoire, c’est la faculté de conserver et de se rappeler des choses passées. Le raisonnement est un processus cognitif permettant de poser un problème de manière réfléchie en vue d’obtenir un ou plusieurs résultats.

Jouons avec notre mémoire

Des ateliers traitantes troubles de la mémoire et de la concentration existent dans des services hospitaliers en cancérologie dans le cadre des soins de support. En revanche, on peut trouver des associations de patients qui organisent des ateliers animés par des psychologues, en distanciel et individuellement. Tous ces ateliers sont garants de bienveillance et de confidentialité.


Activité ludique pour la mémoire et la concentration : une heure/semaine en visioconférence et en individuel

RESSOURCES

  • Construire et animer un atelier de mémoire Jérémie Dourthe, Chronique Sociale (janvier 2016)
  • 100 tests pour entraîner sa mémoire, Docteur Bernard Croisile, neurologue. Larousse 2016
  • Ateliers Mémoire et concentration Nicole Masson et Yann Caudal, Pour se sentir bien, ESF éditeur (2021)